Vers une politique communale intégrée pour l’enfance : la recherche-action DiversCités

Deux communes bruxelloises, Anderlecht et Jette, relèvent le défi, avec l’appui du CERE
vendredi 18 avril 2008
popularité : 14%

Bruxelles-Capitale, ville de diversité, est également région des disparités économiques, sociales et démographiques . L’observation de l’évolution du secteur de l’enfance montre que l’on tend de plus en plus vers une spécialisation des services. Certains d’entre eux tendent à orienter leurs actions vers un public particulier, d’autres développent une thématique spécifique.

Cela a pour conséquence de réduire les possibilités d’échanges entre enfants venant de familles différentes, voire de mener à des services « ghettos ». Par ailleurs, un certain nombre d’indicateurs relatifs à l’enfance, mis en évidence dans la publication « les conditions d’enfance », nous informent de l’urgence d’une politique concernant toutes les familles.

Dès lors, comment favoriser une politique coordonnée de l’enfance afin de contribuer par des projets cohérents à renforcer l’équité, l’accessibilité, la diversité et la qualité des services à l’enfance ?

DiversCités, c’est le nom de la recherche-action que le Centre d’Expertise et de Ressources pour l’Enfance propose aujourd’hui à deux communes de la Région bruxelloise pour développer un projet allant dans ce sens. Suite à l’appel à motivation lancé en automne 2007, ce sont les communes d’Anderlecht et Jette qui ont été sélectionnées, du fait de la forte augmentation du nombre d’enfants constatés dans ces communes depuis cinq ans et de critères socio-économiques et familiaux. Anderlecht et Jette bénéficient d’un accompagnement du CERE pendant deux années pour mener à bien leur projet.

L’objectif principal consiste à optimaliser l’accueil des enfants de 0 à 12 ans dans la commune, dans une optique d’intégration des projets et des politiques locales et d’un élargissement des fonctions des services.

Des objectifs secondaires sont également visés :
- Réduire les disparités et les discontinuités entre les milieux d’accueil, entre les écoles, entre les familles et les services, par exemple en améliorant l’accessibilité de toutes les familles aux différents services.
- Favoriser les appartenances multiples des enfants, par exemple à travers des projets de reconnaissance de la diversité des familles fréquentant les services et de valorisation des langues maternelles des enfants.
- Renforcer le lien social dans les quartiers.

Il s’agit d’un appui aux politiques locales de l’enfance. Concrètement, cet appui prend la forme d’un accompagnement se basant sur les principes de la recherche-action, ce qui implique :
- La participation des décideurs. Les élus sont invités à définir le contenu de la recherche-action dans leur commune.
- La participation des acteurs de terrain : professionnels et familles. La recherche-action passe par un diagnostic de situation en vue d’affiner la thématique et de proposer des projets concrets.
- Un processus d’allers et retours entre l’action et la recherche, les projets et la théorie, l’implication sur le terrain et la prise de recul.

Des villes en Europe mènent actuellement une politique de l’enfance intégrant les services, les projets et les activités pour les enfants. Dès lors, un réseau de professionnels exerçant dans des villes européennes où une telle politique de l’enfance est implantée est mis sur pied pour apporter un accompagnement scientifique à cette recherche-action et partager connaissances, expériences et bonnes pratiques avec Anderlecht et Jette.
Des rencontres et visites d’expériences internationales menées au niveau urbain seront par ailleurs organisées.

Ce projet, subventionné par la Cocof, s’inscrit dans le cadre du programme de travail de l’Observatoire de l’enfant.

Contrat Creative Commons
Cette création par Joëlle Mottint est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Belgium.


Commentaires  (fermé)